Le chien et la communication

Une bonne communication avec votre poilu passe par une phase d’apprentissage des signaux qu’il veut bien nous transmettre.

Les signaux d’apaisement ont pour objectif essentiel d’éviter ou d’interrompre la peur ou l’agression. A nous de bien décoder certains signaux pour ne pas aller à l’affrontement.

Les chiens correctement sociabilisés les comprennent et savent y répondre, ce qui n’est pas toujours le cas des humains. Cela peut engendrer des erreurs d’interprétation qui mènent à l’angoisse et à un certain nombre de problèmes relationnels.

Les rituels vont se façonner par approximations successives, par répétitions et associations. Votre Boubou va avoir des attitudes différentes en fonction des ordres donnés et va apprendre à réagir en fonction de votre propre réponse : par exemple, se mettre sur le dos pour déclencher les caresses, avoir une attitude de jeux au lieu de rentrer à la maison. Il va immédiatement mettre à profit vos hésitations ou votre laxisme.

La plupart des signaux d’apaisement sont issus du répertoire comportemental des jeunes consistant à détourner une éventuelle agression d’un adulte.

Par ailleurs, des adultes peuvent développer des stratégies visant à déstabiliser l’agresseur en imitant le chiot, en s’immobilisant au sol et même en prenant une position sexuelle de femelle (dos tourné, tête basse). Quand on parle d’agresseur, on peut effectivement le prendre dans le sens strict du terme en cas de conflit entre deux chiens mais on peut aussi tout simplement parler de « celui qui donne un ordre » ou de « celui qui fait peur ».

Le chien peut ainsi utiliser des signaux auditifs : couiner ou imiter les cris aigus des chiots pour un adulte qui se fait charger par un individu agressif permet de faire appel à l’inhibition naturelle qui veut que l’on ne fasse pas de mal à un jeune. C’est ce que pourra faire Boubou si vous voulez le punir en lui courant après tout en étant en colère.

Ces mécanismes qui bloquent l’agression doivent normalement avoir été mis en place par la mère, par les adultes, par les jeux entre chiots afin de développer l’inhibition de la morsure.

On trouve de mauvaises interprétations de la part des humains, c’est le cas du chien qui a mordu son maître et qui revient le lécher. Il ne revient pas se faire pardonner mais au contraire affirmer sa dominance, le supérieur prenant TOUJOURS l’initiative après avoir remporté la victoire, de revenir vers l’inférieur.

Le léchage de maître (embrassades ou bises) peut avoir d’autres significations : tentative d’apaisement (après punition ou réprimande), signal de soumission, demande de nourriture, signe de respect, inquiétude. Alors ne bizutez pas votre poilu n’importe comment surtout s’il a des tendances dominantes !

A savoir également que lorsqu’il adopte une posture de soumission après une punition ou une interdiction de la voix, si le maître continue à gronder, la réponse peut devenir agressive par instinct de survie. N’oublions pas que le chien est un as du langage non-verbal.

Deux chiens qui se rencontrent en liberté dans un milieu ouvert peuvent mieux communiquer que s’ils sont retenus chacun en laisse.

Auteur de l’article : Christelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.